Margaret Tracteur / Mettre la charrue devant les boeufs (EP) - 12" Vinyl
Margaret Tracteur / Mettre la charrue devant les boeufs (EP) - 12" Vinyl
Margaret Tracteur / Mettre la charrue devant les boeufs (EP) - 12" Vinyl
Margaret Tracteur / Mettre la charrue devant les boeufs (EP) - 12" Vinyl

Margaret Tracteur / Mettre la charrue devant les boeufs (EP) - 12" Vinyl

Distributeur
Hell For Breakfast
Prix normal
$34.98
Prix réduit
$26.99
Frais d'expédition calculés lors du passage à la caisse.
La quantité doit être supérieure ou égale à 1

  • Disque vinyle noir 140 g 
  • Téléchargement gratuit inclus 

Pistes du EP :

A1. Le puits
A2. What’s That I Got on Me
A3. Noyade dans une flaque d’eau
A4. En parlant du loup
B1. Téléphone érable
B2. Personne ne s’en sort vivant
B3. Count backwards
B4. C’est p’tête ben ton chien
B5. Cinq pieds deux, les yeux bleus 


Mettre la charrue devant les boeufs prend ses racines dans les éléments de base du folklore américain et témoigne autant de la maîtrise de ceux-ci que d’une grande liberté. Carburant au bluegrass et au swing, il agit comme un court voyage entre tradition et modernité qui saura réjouir autant les voyous que les amateurs de yodle.

Pour son premier EP officiel, Margaret Tracteur s’entoure d’une constellation de complices de premier ordre. Outre le groupe formé de Danny Roach à la contrebasse ainsi que de Claude Amar au violon, on y retrouve avec grand plaisir les talentueux Lucas Choi Zimbel (Street Meat) à la guitare ainsi que Kevin Moquin (Bad Uncle) au dobro. L’enregistrement, le mixage et la réalisation sont assurés par Pi Cutler (The Steady Swagger, Les Royal Pickles, The Unsettlers), et la version vinyle du EP de six pièces comprend également trois titres remixés tirés du premier mini-album autoproduit.

Le EP Mettre la charrue devant les boeufs, tel que l’indique le titre, n’a pas la prétention d’être un opus aux arrangements méticuleusement calculés, mais plutôt une manifestation spontanée de la créativité des musiciens impliqués, juxtaposée aux idées un brin imprévisibles de Gabrielle Bégin.